Nicaragua: « Terroriste », Amaya Coppens?

Suite de la conférence et au débat avec Diego et Santiago Coppens, les frères d’Amaya Coppens emprisonnée à Managua depuis septembre dernier pour « terrorisme », avec le collectif SOS Nicaragua et Bernard Duterme, du CETRI, auteur de Toujours sandiniste, le Nicaragua ?

 
Nous rappelons ici le contexte, et publions quelques infos.
– Il est possible de soutenir financièrement les prisonnier.e.s et famille, Organisé par la plateforme https://nicaragualibresinpresxspoliticxs.wordpress.com/  en versant sur ce compte:
 
IBAN: NL34 ABNA0629480478, de la « Stichting Lleca » (une ASBL Néerlandaise), avec comme communication: “Nicaragua Sin Presxs”.
 
Bon Noël à vous.

Ne baissons pas la pression!

 

Pour rappel:

En avril 2018, de fortes protestations ont éclaté au Nicaragua contre le régime Ortega-Murillo en place depuis 2007. Depuis lors, le couple présidentiel s’accroche au pouvoir, réprime lourdement et poursuit les leaders étudiants et paysans du mouvement social, ainsi que ses anciens camarades sandinistes farouchement anti-ortéguistes. A ce jour: 610 prisonniers politiques, plusieurs centaines de morts et beaucoup plus de blessés…*

Amaya Coppens, étudiante en médecine de 23 ans, très active dans les protestations menée par les mouvements universitaires de León, y est emprisonnée depuis septembre, accusée de plusieurs délits dont celui de terrorisme. Nicaraguayenne par sa mère Tamara Zamora et Belge par son père Frédéric Coppens (coopérant au Nicaragua depuis 30 ans), l’arrestation d’Amaya a suscité un regain d’attention en Belgique sur la répression exercée au  Nicaragua contre l’opposition au gouvernement Ortega-Murillo.

Depuis le début des manifestations, la répression a été croissante, déclenchant une violence parfois réciproque. Cette répression s’est exercée contre tous les opposants, y compris les fonctionnaires qui ont exprimé leur mécontentement et les médecins coupables d’avoir soigné des manifestants blessés, tous ont perdu leur emploi.

*Cf. Rapports du Cenidh (https://www.cenidh.org/),

de la CIDH (http://www.oas.org/en/iachr/reports/pdfs/Nicaragua2018-en.pdf)

et des Nations Unies (https://www.ohchr.org/Documents/Countries/NI/HumanRightsViolationsNicaraguaApr_Aug2018_SP.pdf)

 

L’actualité: