Le mot de Michèle V.

Aux ami-es de la CASA,
Nous venons de quitter une année étrange, bousculante. Comme beaucoup de lieux, la CASA est en suspens et cela devient stressant cette vie sous crise sanitaire.
Que va nous permettre 2021 ?

Cette année, nous avons choisi une communication collective reflétant notre diversité. Je partage cette image sombre, avec cependant une émergence timide de couleurs et l’espoir de recréer ensemble des éclaircies et un peu plus…

Des bonnes nouvelles: le projet Atelier Cuisine Métissée, soutenu par la Casa, organisé en collaboration avec des femmes de la Voix des Sans Papiers a du être suspendu. Heureusement leur Atelier Couture a pris le relais par un beau projet « Masques solidaires ». Vous pouvez leur commander ces chouettes masques (au 0474945052).

J’ai l’espoir que cette crise sanitaire, encastrée dans une crise écologique plus profonde et plus menaçante, puisse être une alerte, une opportunité pour des transformations urgentes personnelles et collectives, à la mesure des enjeux de sauvegarde d’un monde habitable par tous-tes… Le virus est en train de nous apprendre des choses…

Je voulais aussi vous partager des sources qui m’ont à la fois alarmée et rassurée.

Et j’aimerais beaucoup que vous me partagiez ce qui vous a accompagné, ces derniers mois de confinement, ce que je relaierai à la Casa. (micheleverfaille@hotmail.com)

Serait-ce possible d’imaginer tisser une sorte de chantier d’idées et d’actions
utiles pour nos vies, pour « atterrir », comme le suggère Bruno Latour,
sur une Terre habitable pour tous-toutes, mieux connue dans ses limites et à « ravauder » ?

Quelques liens :

Bruno Latour : Quotidien 4 mars 2020

Bruno Latour : “Ce virus est là pour nous préparer au nouveau régime climatique” (vidéo)

Philippe Descola : une heure en tête-à-tête (vidéo)

https://wildproject.org/livres/un-sol-commun Un sol commun : Lutter Habiter Penser

https://wildproject.org/livres/un-sol-commun Un sol commun : Lutter Habiter Penser,

un livre que l’on peut commander chez nos voisins Barricade, à la librairie Entre-Temps.

On se revoit bientôt ?

amicalement, Michèle Verfaille